THE EXPLOITED

Dienstag 19 April 19:00

THE EXPLOITED

Dienstag 19 April 19:00

Details

THE EXPLOITED - Mardi 19 avril 2022 - 19h - 25€ - Adhésion annuelle 3€

THE EXPLOITED
Déclencher des émeutes, frapper les videurs, appâter les flics, saccager les hôtels, dire des grossièretés, faire du bruit, provoquer le chaos, détruire les salles, détester le gouvernement, enfreindre les règles, se moquer des gens, être implacable, faire du punk rock. Il est clair que nous ne parlons pas ici des publicités Pepsi, ni des nombreux groupes soi-disant punk qui se vendraient allègrement à ces géants de l'entreprise pour une paume pleine d'argent. Whoo-hoo ! Le goût d'une génération ! Allez vous faire voir ! Mettons une chose au clair : The Exploited ne sont pas des "punkers" ou n'importe quel autre nom mièvre, édulcoré, et sympathique à MTV que vous pourriez vouloir leur donner.

The Exploited, c'est du punk rock.

Mais peut-être devrions-nous replacer cela dans son contexte, car cela signifie tellement de choses différentes. Nous sommes au début des années 1980 et le "divertissement" du samedi soir (ou de tout autre soir de la semaine) consiste à rester assis à la maison à regarder des conneries à la télévision ou à s'asseoir dans un abribus pour boire du cidre ou sniffer de la colle. Sauf, bien sûr, si vous êtes assez vieux pour boire dans le même pub que votre père. Oh le frisson de tout ça ! Le punk rock est tout ce que vous avez. C'est votre source de vie, la seule chose qui a un sens et la seule chose que vous pouvez espérer dans un monde sans avenir. Et c'est putain d'excitant ! Le prochain single, le prochain concert, le volume qui coule dans vos veines pour vous rappeler que vous êtes en vie. Le punk rock est un business dangereux. Le simple fait d'avoir l'air d'un punk vous vaudra une nuit en hôpital si vous ne faites pas attention, et aller et revenir de l'un des rares endroits qui laissent jouer les groupes punk peut littéralement être une question de vie ou de mort. Alors, vous pouvez vous défiler et être un punk à temps partiel (vous aplatissez vos cheveux pour l'école, le travail ou, plus probablement, la queue pour les allocations familiales) ou suivre n'importe quelle tendance que l'on vous dit être "à la mode" cette semaine. L'autre option, la seule autre option, est de donner au punk rock ce qu'il vous a donné : tout ! Si vous devez être au chômage, alors soyez inemployable ! Si vous devez être battu, alors battez-vous ! Si vous avez quelque chose à dire, alors criez-le ! Et surtout, si tu veux faire partie d'un groupe de punk rock odieux, fais-le dans un groupe de punk vraiment odieux !
C'est la voie choisie par l'ex-squaddie Wattie Buchan (chant), Big John Duncan (guitare), Dru Stix (batterie) et Gary McCormack (basse). Dès le début (début 1980, si vous êtes attentifs), ces punks d'Édimbourg n'ont pas voulu édulcorer leur musique pour la rendre accessible au public. Les Exploited étaient du punk rock.
Sorti un an plus tard sur le label Secret, leur premier album était autant un cri de ralliement qu'un disque. Il s'intitule "Punk's Not Dead" et devient l'album indépendant numéro un de 1981 (avant que la plupart des Indiens ne soient des majors déguisées), atteignant la 20e place des charts nationaux et se vendant à 150 000 exemplaires. Ce qui prouve en quelque sorte le bien-fondé de la question. Si le punk était mort, personne ne l'avait dit à l'armée de fous en pleine expansion des Exploités. Et même s'il est vrai que "Punk's Not Dead" n'est pas le meilleur disque jamais enregistré, il est imbattable en tant qu'ouverture et, en concert, le groupe est tout simplement incroyable. Le long et chaud été de 1981 a vu le pays tout entier partir en flammes. C'est l'anarchie au Royaume-Uni, les villes explosent les unes après les autres ! C'est le moment idéal pour les Exploited d'être en tête d'affiche de la légendaire tournée "Apocalypse Now" avec les autres géants du punk, Discharge. Le concert à guichets fermés de Londres (au Lyceum Ballroom) a eu lieu juste un jour après les émeutes de Brixton. Une atmosphère électrique ! En octobre de cette année-là, The Exploited est entré dans le hit-parade des singles avec le très évocateur "Dead Cities", ce qui a conduit à la performance la plus féroce jamais vue à Top Of The Pops (oui, vous avez bien lu ! Et oui, il y a eu de nombreuses plaintes) et à une autre tournée britannique massive. Si ma mémoire est bonne, c'était celle où Black Flag assurait la première partie, celle qui s'est terminée par une émeute à grande échelle au Rainbow de Finsbury Park. Ou peut-être était-ce une autre fois ; en tout cas, il neigeait dans la capitale cette nuit-là et le frontman Wattie, toujours dément, a déclaré la guerre aux Mods (un idiot avait réservé le Jam pour jouer juste en haut de la route), ce qui a entraîné une bataille rangée à l'extérieur de la salle.
1982 a vu la sortie du premier véritable album classique des Exploited, " Troops Of Tomorrow " (numéro 17 dans les charts), dont certains titres (notamment " UK82 " changé en " LA92 ") ont été repris dix ans plus tard par Slayer pour la bande originale de " Judgement Night ". Une preuve supplémentaire, s'il en était besoin, que sans les Exploited, Discharge et GBH, il n'y aurait pas de thrash metal et donc pas de Metallica, Slayer ou Slipknot. Il a même été noté que ces groupes de punk ont influencé des groupes aussi variés que Queens Of The Stoneage (que Wattie a récompensé d'un gong "Best International Newcomers" aux Kerrang Awards en 2000) et Atari Teenage Riot, Nirvana (l'ex-guitariste des Exploited, Big John, a même joué brièvement pour eux) et Massive Attack. En plus de deux décennies, The Exploited ont été gazés par les flics allemands, interdits de séjour en Hollande, arrêtés en Espagne, ont déclaré que les Malouines sont britanniques pour toujours alors qu'ils étaient sur scène en Argentine et ont causé plus de carnage qu'un carambolage sur la M1. Pendant tout ce temps, ils sont restés fidèles à leurs racines, ne se sont jamais vendus, ne se sont jamais séparés (malgré de nombreux changements de line-up) et ne se sont jamais inclinés. Ils ont été accusés d'être stupides (oui, parfois, mais volontairement) et de causer des problèmes (encore une fois coupables, mais casser des trucs est amusant et les punks sont censés être odieux). Mais les Exploités sont aussi farouchement (pour ne pas dire carrément) conscients de leurs responsabilités sociales et politiques, couvrant tout, de la loi sur la justice pénale à l'utilisation croissante des caméras de surveillance Big Brother, et ne renonçant jamais à leur position anti-autoritaire et anti-guerre. Et bien qu'un critique ait un jour suggéré qu'ils énonçaient des évidences (les politiciens sont des menteurs et la guerre est mauvaise), quelqu'un vote encore pour ces enfoirés et nous semblons être au bord de la troisième guerre mondiale. Quelqu'un devrait le dénoncer, bon sang ! Et personne ne crie plus fort que The Exploited ! Qui d'autre aurait le culot de noyer un politicien conservateur dans leur vidéo (pour la chanson-titre de leur chef-d'œuvre de 1996 "Beat The Bastards") ou de traiter Maggie Thatcher de "putain de connasse" ? ("Maggie").
Nous sommes donc au début d'une nouvelle année et rien n'a changé. Le pays est toujours foutu et au bord de la guerre en tant que chien de poche de l'Amérique, les jeunes qui s'ennuient errent toujours dans les rues (l'héroïne et les marques de fabrique ayant remplacé la colle et le cidre) et The Exploited sont tout aussi pertinents aujourd'hui qu'ils l'étaient en 1980. Le punk rock a fini par signifier tellement de choses différentes pour tellement de personnes différentes. Comme un virus incurable, le genre a infecté le monde entier, évoluant, mutant (souvent au-delà de toute reconnaissance) et contaminant tout ce qui se trouve sur son chemin. La mode, l'art, la comédie, la politique et, bien sûr, la musique ont tous été irrévocablement modifiés par le punk rock. Bon sang, même le football s'est mis de la partie : la coupe de cheveux mohican, nous dit-on, s'appelle désormais Beckham. Pas mal pour quelque chose qui a été déclaré mort plus de fois que Dracula. Mais pour The Exploited, le punk rock est toujours aussi important.
Avec "Fuck The System", leur huitième album studio, le groupe est plus explosif que jamais, séditieux, impénitent et totalement intransigeant. Des titres comme " Never Sell Out " et " Chaos Is My Life " (qui se passent d'explications) sont aussi brutalement lourds que tout ce que des groupes de la moitié de leur âge ont à offrir et prouvent sans aucun doute que non seulement le vieux chien a encore de la vie, mais qu'il a la rage ! Fuck The System" n'est pas seulement un titre d'album, c'est une déclaration d'intention. Mais alors, c'est un album de punk rock, et ne vous y trompez pas.

The Exploited sont du punk rock !

www.facebook.com/TheExploited

Veranstaltungsort

Secret Place

25 rue St Exupery, ZI de la Lauze
St Jean de Vedas 34430

Anfahrt

En provenance de Saint Jean de Védas, prendre direction Sète au rond point de Carrefour / Macadam Moto. Au premier feu, prenez à droite (Sun Hotel / Garage Porche) et continuez sur 500m tout droit. La salle se situe à gauche juste avant le Palais du Loto et Maza.

Secret place TAF

Secret place TAF
25 RUE SAINT EXUPERY

SAINT-JEAN-DE-VEDAS 34430
Telefon 0964008711
Kontakt

Webseite
www.toutafond.com

Facebook
https://www.facebook.com/secretplacetaf

Twitter
https://twitter.com/secretplacetaf

Über uns

L'association TAF est basée sur Montpellier depuis 1996. Nous organisons des concerts sur la région, essentiellement à la Secret Place à Saint Jean de Védas (34). Licence 2 : 1011065 Licence 3 : 1011066 SIRET : 49957641100042

Preis

Ticket Preis F0170 - EVENTPAGE - Description Anzahl Warenkorb
Tarif Unique 26,00 € Adhésion annuelle 3 € Warenkorb

Share it

26,00 €
Tarif Unique


Warenkorb

  • Visa Mastercard Paypal Maestro Cirrus Delta
Sie können Tickets für ein oder mehrere Events in wenigen Minuten kaufen. Dazu legen Sie lediglich ein Kundenkonto an, fügen einen Empfänger für Ihre E-Tickets hinzu und bezahlen (falls es sich nicht um eine Einladung handelt). Einfach und schnell!
Sie bezahlen die Gesamtsumme der Tickets per Kreditkarte direkt an den Veranstalter. Kartendetails sind bei jedem Anbieter sicher, egal um welche Bezahlplattform es sich handelt (PayPal oder andere).
Sie erhalten Ihre E-Tickets per E-Mail von tix@sent-to-you.com. Vergessen Sie nicht, diese Adresse Ihrem Adressbuch hinzuzufügen, um zu vermeiden, dass die E-Mail vom Spam-Filter geblockt wird.
All Ihre Bestellungen und E-Tickets werden in Ihrem Kundenkonto gespeichert. Sie können jederzeit Ihre E-Tickets sich erneut per E-Mail zusenden lassen oder herunterladen.